Chargement en cours

Comment maintenir un haut niveau de qualité de l’eau du robinet ?

Comment maintenir un haut niveau de qualité de l’eau du robinet ?

Publié le 08 mars 2018

L’eau distribuée en France répond à 54 critères de potabilité, définis par les autorités sanitaires françaises dans le respect des directives européennes, sur la base des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

La réglementation, fondée sur des critères scientifiques et objectifs, installe une distinction entre « références » et « limites » de qualité. Les limites de qualité définissent des valeurs seuils à ne pas dépasser ; quant aux références de qualité, il s’agit de valeurs indicatives établies à des fins de suivi des installations de production et de distribution.

L’eau potable n’existe plus à l’état naturel. Elle doit faire l’objet de traitements pour répondre à cette réglementation drastique. Les procédés de traitement sont adaptés à la qualité de la ressource naturelle. Très variés, ils ne cessent d’évoluer grâce aux efforts de R&D : :

-          Filtration par membranes organiques ou minérales pour retenir les particules de taille infime

-          Techniques de désinfection de l’eau par ozonation chloration ou UV permettant de neutraliser les virus et les bactéries pathogènes et de maintenir la qualité de l’eau jusqu’au robinet du consommateur.

La nature des canalisations pouvant avoir également un impact sur la qualité de l'eau, des plans de renouvellement et de maintenance des réseaux de distribution sont établis et contribuent au respect de la réglementation. Dans les parties privatives, il convient aux particuliers d'être attentifs notamment pour ceux ayant conservé des canalisations en plomb (sur le domaine public, des campagnes de remplacement des branchements en plomb ont été conduites il y a une dizaine d'années et sont aujourd'hui pratiquement arrivées à leur terme).

Disposer d’une eau potable sûre et de qualité relève certes d’un enjeu sanitaire, auquel répondent la législation, la surveillance et les traitements mis en place pour la production d’eau potable. Mais un autre enjeu, environnemental, est pourtant essentiel : c’est la surveillance de la ressource. Protéger la ressource est indispensable : une eau brute de meilleure qualité est évidemment plus simple et moins coûteuse à traiter. C'est tout l'objet de certaines actions mises en place par SUEZ, par exemple dans l'ouest parisien :

Comment protéger les ressources en eau ? 

Lire l'article Aux côtés des Agriculteurs d’Ile de France

POUR CONTINUER LA LECTURE

  • dossier Tous à l'eau douce

    Les nuisances dues à l'eau trop calcaire peuvent coûter cher aux usagers comme aux collectivités et aux entreprises. Comparée aux solutions individuelles d'adoucissement, la décarbonatation collective s'affirme comme la plus économique et la plus respectueuse de l'environnement. Le point sur les enjeux de la décarbonatation, ses bénéfices et les solutions proposées.
  • Coup double avec On'connect™ coach: accompagnez les usagers dans la réduction de leur facture d'eau et d'énergie

    Convictions environnementales et économies ne font pas souvent bon ménage. Et pour cause, les produits à faible impact environnemental sont souvent plus coûteux que ceux moins respectueux de l'environnement. Pourtant, avec les compteurs communicants, de nouvelles options existent grâce notamment à l’analyse avancée des données de l’eau.
  • Qualité de l'eau potable : micropolluants et microplastiques, ce qu'il faut savoir

    On les dit toxiques et dangereux, on les soupçonne d’être cancérigènes ou de perturber le système endocrinien. Les micropolluants organiques sont très nombreux dans notre environnement. La commission européenne a recensé pas moins de 110 000 molécules différentes !