Chargement en cours

Covid-19 : Une gestion déléguée évolutive au sein des hôpitaux de Besançon 

Covid-19 : Une gestion déléguée évolutive au sein des hôpitaux de Besançon 

Publié le 11 mai 2020

En cette période de pandémie, la gestion des Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux représente plus que jamais un enjeu majeur de santé et de salubrité publique. Alors que les déchets produits par les hôpitaux connaissent une forte hausse dans les territoires les plus touchés par le virus, comme la Franche-Comté, les équipes de SUEZ s’adaptent à cet afflux de déchets à chaque étape de leur traitement.

Depuis 2010, au Centre Hospitalier Universitaire et au Centre Hospitalier Régional Universitaire Hôpital Saint-Jacques de Besançon, 6 techniciens SUEZ sont mobilisés pour gérer in situ l’ensemble des déchets de l’établissement : déchets banals et valorisables ainsi que tous les déchets infectieux. Pour répondre à l’afflux de ces déchets appelés Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux (DASRI) et en concertation avec le service logistique environnement des 2 hôpitaux, SUEZ a déployé un dispositif exceptionnel. Dès le début de la pandémie, c’est en effet plus de 900 bacs de déchets, au lieu de 388 en temps normal, qui ont été disposés au sein des 2 hôpitaux pour le personnel soignant et pour les équipes de secours accompagnant les patients. Toute la stratégie de collecte à l’intérieur des hôpitaux a été repensée et adaptée à l’afflux de ces déchets. Comme les bacs se remplissent plus vite, tout le processus logistique a été retravaillé de l’acheminement des bacs, à leur nettoyage jusqu’à leur collecte via un prestataire extérieur. Cette coopération entre le personnel soignant et ces « invisibles » qui assurent la gestion de l’ensemble des déchets au quotidien a permis de faire face à cette situation exceptionnelle.

Comment sont traités ces DASRI ?

Les DASRI (Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux) une fois collectés, sont acheminés vers les Unités de Valorisation Energétique (UVE) pour être traités par voie thermique. Ils sont incinérés dans des fours à une température de combustion située entre 1000 et 1100°c. Cette solution par incinération permet d’éliminer efficacement tous les agents infectieux (bactéries, virus), tout en produisant de l’énergie.  

 crédit-photo Jérôme Baudouin

POUR CONTINUER LA LECTURE