Chargement en cours

Du nouveau dans l’air : lutter contre les nuisances olfactives d’un site industriel ou la pollution atmosphérique en ville

Du nouveau dans l’air : lutter contre les nuisances olfactives d’un site industriel ou la pollution atmosphérique en ville

Publié le 05 décembre 2019

Chaque année, la pollution atmosphérique coûte 100 milliards d’euros à l’échelle de la France. Au-delà de cet impact économique, l’impact humain est bien plus frappant.

En France, 75 % des enfants respirent un air toxique2. Ce chiffre est corroboré à l’échelle internationale puisque 91% de la population mondiale respire un air qui contient un “haut niveau de polluants”3. Les Français ne s’y trompent d’ailleurs pas, en effet, un tiers d’entre eux considèrent la qualité de l’air comme leur principale préoccupation environnementale4.

Pour répondre à ce défi et accompagner les collectivités, SUEZ a créé, en 2017, un Pôle dédié aux enjeux de l’Air et continue de développer sa gamme de solutions innovantes.

A l’occasion du dernier Salon des Maires et des Collectivités Locales, SUEZ a animé une conférence sur cet enjeu environnemental du 21ème siècle en présence de : Gilles Djeyaramane Élu Délégué à la Ville de Poissy, au cadre de vie, à l’environnement et aux affaires générales ; François Doussin, Directeur Général Délégué de la SEVESC5 ; Philippe Lavielle, Président Directeur Général de Fermentalg ; Jérôme Arnaudis, Directeur du Pôle Air SUEZ.
Les enjeux liés à l’air sont multiples et SUEZ apporte des solutions adaptées pour :

  • Limiter les nuisances olfactives et contribuer au confort des riverains et à l’attractivité des territoires ;
  • Lutter contre la pollution atmosphérique et préserver la santé publique ;
  • Limiter les émissions de gaz à effet de serre et s’engager contre le réchauffement climatique.

Des odeurs maîtrisées pour la station d’épuration de Carré de Réunion (plaine de Versailles) et ses environs

Le château de Versailles est le 3ème monument le plus visité de France. Il sera prochainement sous les feux des projecteurs puisqu’il accueillera les épreuves de Jumping des JO de Paris 2024. Les touristes visitant le château ainsi que les riverains de la station d’épuration se plaignaient de nuisances olfactives. Le Syndicat d’assainissement de l’ouest de la Région parisienne (Hydreaulys) a fait appel à SUEZ pour apporter une solution concrète à ce problème.
La réalisation d’une cartographie des odeurs ainsi qu’un suivi en temps réel des impacts olfactifs ont permis de modéliser les émissions des deux sites industriels à proximité du château : la station d’épuration de Carré de Réunion (340 000 équivalent habitants et 14 000 000 m3/an d’eaux usées et pluviales traitées) et également le centre de valorisation des déchets verts Bio Yvelines Service (BYS).
Grâce à cet outil SUEZ (plateforme NOSE®), les émissions olfactives générées par la station d’épuration de Carré de Réunion et par le centre de valorisation BYS sont mieux maîtrisées. Des plans d’actions spécifiques ont été mis en place sur ces deux sites pour limiter les nuisances olfactives. Une solution innovante de traitement des odeurs a dernièrement été mise en œuvre par SUEZ sur la station d’épuration de Carré de réunion. Celle-ci comprend :

  • L’installation d’une couverture de traitement des odeurs (photocatalyse) ;
  • Le confinement et l’adsorption des composés odorants ;
  • La dégradation des composés odorants et la régénération du système grâce au soleil.

Les résultats sont là : on observe une réduction des odeurs de 75% !

La ville de Poissy mise sur les micro-algues et l’innovation pour lutter contre la pollution atmosphérique

Pour les élus de la ville de Poissy, préserver le cadre de vie est une priorité et un véritable enjeu en raison des axes de circulation très denses de la ville (gares routière et RER et un flux de poids lourds important…). Gilles Djeyaramane et la ville de Poissy ont voulu « être pionnier pour améliorer la qualité de l’air respiré par les pisciacaises et pisciacais tout en étant conscient que ce dispositif ne résoudrait pas tous les problèmes ». La ville a donc choisi d’installer, en centre-ville, le puits de carbone proposé par SUEZ, un démonstrateur innovant et prometteur.

Comment fonctionne-t-il ?

Le puits de carbone de SUEZ, développé en partenariat avec Fermentalg, est un filtre de dernière génération qui utilise les micro-algues pour traiter l’air grâce à la photosynthèse. Ce procédé est naturel et ancestral comme l’explique Philippe Lavielle : « les micro-algues font partie des premiers organismes vivants apparus sur la terre. Elles sont responsables de la construction de l’atmosphère telle que nous la connaissons aujourd’hui ». Les souches de micro-algues utilisées sont spécialement sélectionnées en fonction de l’application choisie. Cela permet au puits de carbone de capter efficacement les polluants atmosphériques et le CO2 en excès dans l’air. Après plus d’un an de fonctionnement les résultats sont probants : « Nous savons aujourd’hui qu’un puits de carbone comme celui de Poissy permet de capter l’équivalent de la pollution atmosphérique émise par 150 véhicules sur un trajet francilien moyen6 » déclare Jérôme Arnaudis.

Gilles Djeyaramane se réjouit de « l’efficacité prouvée du puits de carbone, qui placé au cœur de la ville, est aussi un excellent moyen de sensibiliser le grand-public et les plus jeunes ».

Pour plus d’informations : air.solutions@suez.com

(1) Rapport Sénat 2016
(2) UNICEF
(3) OMS
(4) Statistica.com
(5) Société des Eaux de Versailles Et Saint-Cloud
(6) Résultats certifiés par l’INERIS en juin 2019.

POUR CONTINUER LA LECTURE