Chargement en cours

Garantir une bonne qualité des eaux de baignade, un enjeu sanitaire, environnemental et économique.

Garantir une bonne qualité des eaux de baignade, un enjeu sanitaire, environnemental et économique.

Publié le 23 juillet 2019

L’été, la population augmente considérablement dans les zones littorales, où les touristes profitent pleinement des activités balnéaires. La haute fréquentation des plages nécessite un dispositif adapté pour préserver la qualité des eaux ; car les plages constituent un milieu fragile et sensible qu’il convient de suivre de près.

Pour les collectivités littorales, l’enjeu est à la fois sanitaire, environnemental et économique. C’est pourquoi SUEZ a développé un dispositif de surveillance renforcée de la qualité des eaux de baignade.

Pour assurer une surveillance en continu de la qualité des eaux de baignade, des agents dédiés sont en charge de faire des prélèvements tous les matins et de les analyser.

Ces analyses sont réalisées dans un réseau de laboratoires dont celui de Bidart (64), Béziers (34) et de Grau du Roi (30), et sur tout type d’eau.

Grâce à la méthode d’analyse des eaux de baignade GEN-SPOT développée par SUEZ et basée sur la biologie moléculaire, on obtient une mesure fiable et certifiée de la concentration bactériologique (Escherichia Coli et Entérocoques intestinaux notamment). Fondées sur la détection de l’ATN des bactéries, plus rapide et plus précise que l’ADN, cette méthode permet de disposer de résultats en un temps record de 3 heures, contre 36 heures pour la méthode utilisée par l’Agence Régionale de Santé.

Ce gain de temps considérable est précieux puisqu’il permet aux collectivités de décider chaque jour en connaissance de cause de l’ouverture ou de la fermeture de leurs plages. Ainsi, on évite de fermer inutilement une plage ou, en cas de fermeture, on peut rouvrir rapidement le site de baignade.

En cas de dégradation de la qualité des eaux, des contre-prélèvements sont réalisés et une enquête de terrain est menée pour identifier rapidement la cause de pollution.

Cette méthode est déjà éprouvée sur la côte basque, notamment à Biarritz, Bidart, Anglet et sur l’Agglo Béziers Méditerranée.

POUR CONTINUER LA LECTURE

  • Qualité de l'eau potable : micropolluants et microplastiques, ce qu'il faut savoir

    On les dit toxiques et dangereux, on les soupçonne d’être cancérigènes ou de perturber le système endocrinien. Les micropolluants organiques sont très nombreux dans notre environnement. La commission européenne a recensé pas moins de 110 000 molécules différentes !
  • Qualité de l’air : micro-algues et innovation au service des collectivités locales et des citoyens

    Les émissions de CO2 dans l’atmosphère contribuent à augmenter l’effet de serre. La captation du CO2 à la source est donc un enjeu pour les collectivités. C’est à elles d’agir en intégrant cet enjeu de réchauffement climatique dans leurs politiques publiques, en lien avec la Santé, le Climat et l’Énergie.
  • Tout schuss pour la protection de la montagne

    Chaque année, les stations de ski peuvent se rendre compte que les vacanciers n’ont pas toujours été la hauteur en matière de préservation de l’écosystème fragile qu’est celui de la montagne. Pour diffuser son savoir-faire en matière de protection de la ressource et pour inciter les vacanciers à adopter le bon comportement, sans les culpabiliser, SUEZ a élaboré une campagne de sensibilisation 100% digitale. Retour sur cette #positivealtitude.