Chargement en cours

InterFlex à Nice pour construire le réseau électrique de demain

InterFlex à Nice pour construire le réseau électrique de demain

Publié le 21 septembre 2017

Lauréat du programme européen Horizon 2020 pour le financement de la recherche et de l’innovation, le projet InterFlex mené simultanément dans cinq pays (France, Allemagne, Suède, République Tchèque et Pays Bas), vise à expérimenter des solutions innovantes pour moderniser les réseaux électriques, maillon central du développement des énergies renouvelables. En France, c’est à Nice que sera déployé le démonstrateur, piloté par Enedis avec l’appui de la Métropole Nice Côte d’Azur et de 5 autres industriels.

Intégrer des sources de production d’électricité diverses, améliorer les solutions de stockage et les techniques d’effacement ou encore tester de nouvelles solutions pour la recharge des véhicules électriques sont autant de problématiques adressées par le projet InterFlex avec un enjeu central: intégrer pleinement les énergies renouvelables à nos réseaux électriques pour accompagner activement la transition énergétique.

 

Nice Côte d'Azur, laboratoire de smart grids*

Déjà impliquée dans l’optimisation des réseaux électriques via le projet Nice Grid et son démonstrateur de quartier solaire intelligent, la Métropole poursuit son engagement en tant que territoire-test avec Nice Smart Valley, nom de la zone choisie pour l’implantation du démonstrateur InterFlex français. C’est sur ce territoire pilote que sont menés différentes expérimentations comme les mécanismes dits de flexibilité, c’est-à-dire la capacité à gérer au mieux les contraintes opérationnelles du réseau électrique, telles que le niveau de consommation, afin d’optimiser le réseau en ajustant d’autres paramètres comme le stockage ou les sources d’énergie disponibles.

Dans le cadre de ce démonstrateur, GRDF et Enedis se sont également associés pour tirer profit des complémentarités existantes entre les réseaux de gaz et d’électricité, le gaz naturel représentant un autre levier de transition énergétique grâce à l’apport de technologies nouvelles comme la cogénération ou les chaudières hybrides mais aussi par l’intégration de biogaz dans le réseau de distribution produit à partir de station d’épuration par exemple (objectif 30% de biogaz d’ici 2050).

Partenaire de GRDF dans ce projet, l’activité Smart Solutions de SUEZ développe quant à elle une « chaîne communicante» de pilotage des solutions gaz naturel qui sera connectée aux fournisseurs/agrégateurs ENGIE et EDF.

 

Des solutions expérimentales avec un potentiel d’industrialisation

Au-delà des innovations et expérimentations, le projet InterFlex prévoit d’évaluer le potentiel d’industrialisation des solutions mises en œuvre. Des études évaluant la possibilité de reproduire ces dispositifs à l'échelle de n'importe quel pays et l’élaboration de business models pérennes seront ainsi menés afin de ne pas perdre de vu les objectifs du projet : accompagner rapidement la transition énergétique en favorisant le développement des énergies renouvelables et des nouveaux usages de l’électricité par une gestion intelligente de l’énergie. A l’heure du changement climatique et de la croissance verte il s’agit ici d’une promesse qui doit être tenue et dont la responsabilité incombe à tous, industriels, collectivités et citoyens.

 

*Un Smart Grid est un réseau électrique communicant qui s’appuie sur des équipements informatiques innovants de mesure et de contrôle, permettant de mieux gérer l’ensemble du réseau électrique, du producteur au consommateur final.

 

En savoir plus :

http://interflex-h2020.com/

http://nice-smartvalley.com/fr/

POUR CONTINUER LA LECTURE

  • L’open data est mort, vive les plateformes de données

    Le Big Data est mort et la croissance exponentielle des objets connectés se fait toujours attendre. Pourtant, les données sont bien présentes et font l’objet de toutes les attentions dans les premiers projets de villes intelligentes. Car la question désormais n’est plus seulement de les collecter ou de les utiliser, mais plus encore, de les partager. La ville smart et connectée en dépend, car aucun acteur ne détient toutes les informations. Tant d’opportunités que les territoires veulent saisir afin de poursuivre leur développement. Dijon, Saint-Etienne, Marseille, Angers, les villes comprennent progressivement l’intérêt de la donnée et de sa circulation, mais à quelles conditions ?
  • ON’connect, une solution pour améliorer le service de l’eau potable

    Depuis plus de 10 ans, SUEZ fait évoluer les compteurs d’eau. Devenus intelligents, ils communiquent à distance et s’inscrivent ainsi dans l’univers de l’IoT (internet of things) industriel.
    Fort de cette expérience unique et de 4 millions de compteurs connectés dans le monde, le groupe présente ON’connect™ : une technologie éprouvée permettant de connecter en toute sécurité des objets à grande échelle, de collecter et traiter des données de masse pour les acteurs de la ville.
  • Et si économiser l’eau devenait un jeu ?

    Difficile d’imaginer que l’eau puisse être le talon d’Achille de Singapour. Pourtant, l’île-république se doit d’innover sans cesse pour gérer au mieux son absence de ressources naturelles, y compris d’eau. Depuis 2015, le PUB, l’agence en charge de la gestion de l’eau de la cité-Etat, et SUEZ se sont associés afin de mettre en place une solution digitale innovante pour inciter les singapouriens à réduire leurs consommations d’eau au quotidien et diminuer la pression sur cette ressource fragile.