Chargement en cours

Le Grand Poitiers : la « détection des fuites d’eau a permis une économie sur 2 ans d’environ 960 000 m³ »

Le Grand Poitiers : la « détection des fuites d’eau a permis une économie sur 2 ans d’environ 960 000 m³ »

Publié le 05 mars 2018

La direction Eau – Assainissement de Grand Poitiers, communauté urbaine de 40 communes, gère en régie directe la production et la distribution de l’eau potable pour plus de 143 000 habitants (13 communes). Malgré des investissements réalisés pour renouveler des tronçons de réseau et des campagnes de recherche de fuites systématiques, le rendement du réseau de la collectivité s’établissait à 78,1 % en 2015, un résultat insatisfaisant pour la collectivité soucieuse de la préservation de la ressource en eau. Après une sectorisation du réseau menée en 2010, la direction Eau - Assainissement a lancé fin 2015 un appel d’offre remporté par le groupement Sewerin, pour la fourniture et l’installation de 600 prélocalisateurs capteurs acoustiques de fuite et SUEZ Smart Solutions, pour le déploiement de ses solutions ON’Connect™ et AQUADVANCED® Réseaux d’eau.

Des solutions complémentaires mises en place

Les capteurs acoustiques, placés à intervalles réguliers sur les canalisations détectent les bruits constants et répétitifs qu’émettent les fuites d’eau. Dès qu’une fuite est identifiée, le capteur enregistre l’information qui est ensuite transmise par la technologie de communication ON’Connect™ qui utilise le 169MHz, une fréquence radio longue portée, particulièrement efficace pour connecter les capteurs enterrés.

Les données transmises chaque jour au logiciel AQUADVANCED® Réseaux d’eau permettent aux opérateurs de surveiller l’état des capteurs et de visualiser les niveaux de bruit détectés via un tableau de bord cartographique. Avec cette plateforme, la fuite localisée sur le réseau est identifiée visuellement et déclenche une alerte. Le gestionnaire peut ainsi planifier une intervention pour affiner l’emplacement précis de la fuite et sa réparation.

Economies et préservation de la ressource

Les capteurs ont été placés dans les secteurs où le maillage du réseau était le plus important, là où la sectorisation ne donnait pas de résultats. En 2 ans (2016 et 2017), alors que le volume distribué est resté équivalent, la production d’eau a été diminuée de 10% soit une diminution du volume pompé d’environ 960 000 m3, le gain principal étant porté essentiellement sur la première année (8%).  

Cette amélioration a permis d’engendrer des économies substantielles sur les coûts de pompage mais cela a aussi permis de protéger la ressource, action d’autant plus importante et appréciable pour l’année 2017 qui s’est révélée peu arrosée avec des déficits de recharge des nappes.

POUR CONTINUER LA LECTURE