Chargement en cours

Le renouvellement des canalisations, un des axes d’amélioration de la performance des réseaux

Le renouvellement des canalisations, un des axes d’amélioration de la performance des réseaux

Publié le 14 mai 2018

Selon le ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, les réseaux de distribution d’eau présentent des pertes de plus de 20 % en moyenne. Les fuites d’eau sont l’affaire de tous : consommateurs, collectivités, opérateurs des services d’eau. Réduire les pertes en eau des réseaux répond en effet à des enjeux environnementaux, économiques, sanitaires et de continuité de service.

C’est aussi une obligation pour les collectivités : la réglementation impose d’obtenir un rendement de réseau supérieur à un seuil minimal, compris entre 65 % en zone rurale et 85 % en milieu urbain dense.
Du bon état des canalisations dépend une grande partie de la performance des réseaux. Ainsi, leur renouvellement est un axe majeur de performance. Il doit s’inscrire dans un juste équilibre à trouver entre l’impératif de protection de la ressource et la soutenabilité économique du service.

Des canalisations soumises à rude épreuve 

L’état des canalisations et du sous-sol, la qualité de l’eau et les conditions extérieures (climat, trafic routier) constituent autant de facteurs qui influencent la performance du réseau. Les connaître est une étape indispensable et préalable à son amélioration. Pour réaliser un diagnostic précis, différentes techniques sont utilisées, comme la modélisation complète du réseau souterrain grâce au système d’information géographique et à des données de qualité bien exploitées. Pilier de la gestion patrimoniale, le SIG (Système d’Information Géographique) permet d’accéder rapidement et facilement aux descriptions précises du réseau et des ouvrages ; de consulter et d’archiver les évolutions du réseau et les événements auxquels il a été soumis.

Diagnostiquer et optimiser les choix

En France, le réseau d’eau potable, enterré, s’étend sur 1 000 000 Km, loin des yeux du grand public ; les canalisations ont en moyenne 50 ans environ, et leur rythme moyen de renouvellement, actuellement de 0,6% par an, devient insuffisant face à leur vieillissement.

Il est donc nécessaire de définir les programmes de renouvellement de canalisations et de branchements les plus adaptés à la situation de la collectivité (au bon endroit, au bon moment, au meilleur coût) et, in fine, les moins gênants pour les consommateurs et les riverains.

Pour ce faire, SUEZ propose aujourd’hui plusieurs solutions utilisant les données issues des diagnostics pour optimiser les investissements :

- La technologie SCANNER de détection de la corrosion interne et externe des conduites métalliques pour connaître l’état de vieillissement de la canalisation sans suspendre l’alimentation en eau.

- La méthode ANTICIPER pour classer les canalisations par ordre de nécessité de remplacement sur un horizon de cinq ans. Chaque critère (fuites ou casses récurrentes, matériaux obsolètes ou à risque, âge des canalisations) est ainsi apprécié sur une échelle de notation permettant d’estimer l’état de la conduite. Les tronçons du réseau les plus mal notés sont à remplacer en priorité, les autres sont à surveiller suivant l’évolution des incidences de défaillance.

- L’outil d’aide à la décision, PREVOIRTM (« plan de renouvellement et de valorisation optimisée des réseaux ») permet de proposer le plan de renouvellement sur-mesure des réseaux d’eau sur quinze ans.

La révolution numérique au service de la gestion des réseaux

L’utilisation de technologies « smart » améliore de façon décisive la connaissance des réseaux et leur gestion dynamique. Outre le développement de nombreuses techniques de détection des fuites, facilitant la décision en matière de gestion patrimoniale, ces technologies engendrent des gains significatifs en performance et en rapidité d’intervention. Les capteurs et les systèmes de communication permettent la mesure, la collecte et la transmission de données en temps réel.

La gestion des matériaux et des chantiers

En parallèle au développement de ces solutions, SUEZ accompagne les collectivités dans la gestion durable du cycle de vie des matériaux posés, comme le polyéthylène. Pour cela, elle mène dans son centre de recherche des programmes de R&D sur les matériaux, organise des tests de qualification et de suivi. Ses équipes contrôlent aussi les choix de matériaux, en fonction de l’environnement du chantier et des tests, ainsi que les conditions de pose des réseaux, essentielles pour la durée de vie des canalisations.

POUR CONTINUER LA LECTURE

  • Comment inspecter 100% des réseaux d’assainissement ?

    Parce que certains ouvrages sont dangereux et difficiles d’accès, seuls 80% des réseaux peuvent aujourd’hui être inspectés. La réglementation s’amplifie et les réseaux vieillissent. Dès lors, ce taux de couverture n’est pas suffisant. Alors, à quelles solutions les collectivités peuvent-elles avoir recourt pour connaître les 20% restants et s’assurer de leur bon fonctionnement ?
  • Les Assises de l'eau, entretien avec Jean Launay

    La vétusté de certaines infrastructures et le retard pris dans le renouvellement des réseaux, pourraient avoir des répercussions sur la qualité et la distribution de l’eau. Jean Launay, coordinateur général des Assises de l'eau, Président réélu du Comité national de l’eau et du Partenariat français pour l’eau, ancien député de la deuxième circonscription du Lot de 1998 à 2012 et maire de Bretenoux de 1989 à 2014, revient sur les attentes des différentes phases des assises de l’eau. Entretien.
  • Infrastructures de l’eau, un patrimoine à sauvegarder

    Les conclusions de la première séquence des Assises de l’eau, rendues publiques le 29 Août dernier par le Premier ministre, ont abouti à la décision, celle d’une accélération des travaux de renouvellement des infrastructures via la mise en place de nouveaux schémas de financement. Dans ce contexte, les diverses solutions techniques développées par le Groupe SUEZ constituent un moyen de faciliter la mise en œuvre des chantiers et d’améliorer l’efficience des investissements.