Chargement en cours

Maîtriser la corrosion pour préserver l’eau et les conduites en distribution

Maîtriser la corrosion pour préserver l’eau et les conduites en distribution

Publié le 18 octobre 2018

Il est aujourd’hui bien établi que l’eau interagit avec les matériaux dans le réseau et que la corrosion joue un rôle majeur dans cette problématique. En effet, cette action peut provoquer une dégradation de la qualité de l’eau au robinet des consommateurs mais également une dégradation accélérée des conduites. Zoom sur un phénomène que SUEZ sait maîtriser.

Quelles sont les conséquences de la corrosion ?

La corrosion est un phénomène de dégradation chimique des matériaux (fer, ciment, plastique, plomb) qui concerne la plupart des canalisations des réseaux de distribution mais également les revêtements internes, les équipements et les infrastructures de traitement et dont les conséquences ne sont pas toujours visibles et mesurables. Si la corrosion peut générer des « eaux colorées » au robinet du consommateur, elle peut également provoquer un vieillissement accéléré des conduites : augmentation des fuites et de la fréquence des casses, obstruction des passages, et globalement la diminution de la durée de vie du patrimoine.

Quelles solutions pour maîtriser la corrosion ?

En tant que responsable de la gestion du patrimoine de distribution, SUEZ peut agir à 2 niveaux, soit via des actions correctives de remplacement des conduites dégradées, soit via des actions préventives visant à diminuer le potentiel corrosif des eaux produites pour réduire les vitesses de corrosion et ainsi augmenter la durée de vie résiduelle des conduites.

L'approche innovante de SUEZ

SUEZ est très engagé depuis plusieurs années dans les études sur les intéractions eau/matériaux. Ses actions de recherche ont notamment abouti à la définition de nouveaux indicateurs de corrosion et de modèles pour anticiper le potentiel de dégradation des conduites en fonction des matériaux*.

SUEZ propose également différentes solutions techniques pour mesurer en continu le potentiel agressif des eaux produites. Ces dernières mettent en œuvre des algorithmes de calcul basés sur des paramètres liés à l’équilibre calco-carbonique (température, pH, conductivité) de l’eau et le suivi en continu de l’alcalinité (TAC) et de la dureté (TH) de l'eau. Et, en complément des solutions de contrôle de l’agressivité, le groupe propose une solution innovante de contrôle de la corrosivité en ligne avec des capteurs validés par des années de recherche.

Retour sur l'initiative innovation à l’usine de Morsang-sur-Seine

L’usine de Morsang-sur-Seine est l’usine d’eau potable SUEZ la plus importante de région parisienne, avec une capacité nominale de production de 225 000 m3 par jour. L’usine traite les eaux de la Seine par un procédé de clarification suivi d’un premier étage de filtration sur CAG, d’une étape d’ozonation et d’un deuxième étage de filtration sur CAG se finalisant par une désinfection et un ajustement final du pH à la soude. Des variations significatives de la qualité de l’eau brute nécessitent d’adapter les traitements, mais ces adaptations affectent le potentiel agressif et corrosif de l’eau, nécessitant alors de corriger en permanence le pH de l’eau avant la mise en distribution.

C’est dans ce contexte que les équipes du CIRSEE ont travaillé avec les équipes d’exploitation de l’usine pour ajuster les consignes de traitement en temps réel afin de respecter des seuils de corrosivité pour 3 matériaux (fonte, ciment et plomb). Cette solution innovante se décompose en deux actions :

  1. La maîtrise en temps réel du potentiel agressif de l’eau produite en contrôlant et ajustant l’équilibre calco-carbonique par correction du pH
  2. La mesurer en temps réel et directement du potentiel corrosif de l’eau produite par l’installation de sondes spécifiques de vitesse de corrosion sur la fonte et le plomb.

Toujours dans un soucis de recherches et de perfectionnement des solutions, pour coller au plus près des attentes de nos clients, de nouvelles initiatives sont actuellement déployées en collaboration avec les équipes du CIRSEE, sur plusieurs sites de production d’eau potable exploitées par SUEZ. C'est notamment le cas à Casablanca où nous évaluons avec LYDEC la faisabilité d’un réajustement du pH en ligne directement sur le réseau de distribution, à Alger ou encore à Adélaïde en Australie.

*M. Philibert, S. Mendaza, F. Zraick and B. Rabaud; Novel corrosion indices for iron and steel pipes, Water Science & Technology: Water Supply 2017

POUR CONTINUER LA LECTURE

  • SUEZ France lance son compte instagram

    De l’eau et des déchets sur Instagram

    Avec 1 milliard d’utilisateurs mensuels actifs dans le monde, Instagram s'impose aujourd'hui comme un média social de premier plan. Cette plateforme de référence attire chaque jour de plus en plus de personnes friandes de découvrir des univers proches de leur centre d’intérêts à travers le traitement graphique de la photo et la vidéo. Consciente de la force évocatrice de l’image, SUEZ investit Instagram pour parler des métiers de l’eau et du recyclage.
  • Rendez-vous au Carrefour des gestions locales de l’eau

    Depuis 20 ans, le Carrefour des gestions locales de l’eau mobilise de nombreux partenaires institutionnels et privés dans le domaine de l’eau. Pour la prochaine édition, 12 000 participants sont attendus au Parc des expositions à Rennes les 30 et 31 janvier. L’occasion pour SUEZ de montrer comment le groupe innove pour faciliter la transition environnementale et porter encore plus loin la protection de la ressource en eau à travers une économie circulaire toujours plus forte et plus ambitieuse au service des territoires.
  • Quelle est la perception des français de l'eau et de son service en 2018 ?

    Depuis maintenant 22 ans, le CIEAU (centre d’information sur l’eau) recueille l’opinion du grand public sur l’eau et son service afin de mieux comprendre les attentes des consommateurs, percevoir leur opinion mais aussi réfléchir aux problématiques de l’eau sur le territoire.
    Cette enquête nationale est un formidable panorama sur de très nombreux sujets : perception du prix, goût, qualité de l’eau, satisfaction envers les services de l’eau…
    Petit tour d’horizon sur les résultats de l’étude (réalisée du 23 avril au 17 mai auprès de 2 506 individus) annoncés en décembre dernier.