Chargement en cours

Zoom sur la mise en place d'Influx : Interview croisée

Zoom sur la mise en place d'Influx : Interview croisée

Publié le 26 mai 2016

Entré en action fin 2014, le système Influx™, conçu et édité par l’activité Smart Solutions de SUEZ a été proposé par la Stéphanoise des eaux à Saint-Etienne Métropole. La collectivité et son gestionnaire disposent aujourd’hui d’un outil d’aide à la décision, pour gérer en temps réel, mais aussi de manière prévisionnelle le réseau d’assainissement de la ville de Saint-Etienne.

Dans quel contexte le projet de mise en œuvre d’Influx™ a-t-il vu le jour ?
Bernard Palenc, responsable exploitation de la Stéphanoise des eaux :
Saint-Étienne est une ville de relief traversée par de nombreux ruisseaux et rivières. Lors de certains orages le niveau du Furan peut monter en 5-10 minutes d’un mètre, voire un mètre cinquante, et redescendre très vite.
Avec Saint-Étienne Métropole, nous voulions trouver un système qui nous permette d’anticiper et de limiter les phénomènes de gros déversements par temps de pluie et d’inondation en milieu urbain. Nous voulions également maîtriser les conséquences des événements pluvieux : faire en sorte qu’ils aient le moins d’impact possible sur le milieu naturel en transférant le plus possible de pollution vers la station d’épuration, de jour comme de nuit. Le système innovant et prédictif Influx™ répondait à tous ces enjeux.
Ainsi, la gestion du réseau d’assainissement de la Métropole a été modernisée et numérisée pour transférer un maximum de pollution vers la station d’épuration. Grâce à notre nouveau système Influx™, nous avons une gestion dynamique en temps réel du réseau.
Nous disposons de données météorologiques et d’informations régulières transmises par de nombreux capteurs installés sur le réseau. La modélisation de ces données permet ensuite à nos équipes d’exploitation d’interpréter les résultats, de développer et d’adapter des stratégies pour une mise en œuvre sur le terrain.

Quel était le rôle de l’équipe Influx™ sur ce projet ?
Jérôme Schoorens, responsable de la mise en œuvre d’Influx™ chez SUEZ :
Notre mission a commencé en 2013 par une étude de faisabilité ce qui nous a permis d’avoir une compréhension fine du système à piloter, de valider définitivement la pertinence du projet et les budgets. Influx™ a été mis en service en août 2014. Après une phase de tests de plusieurs mois. Nous avons également formé les équipes de la Stéphanoise des Eaux pour les accompagner dans la prise en main du logiciel.
Toutes les compétences ont été mobilisées pour réussir ce projet: informatiques et infographiques, mais également un savoir-faire métier autour de la modélisation numérique des systèmes d’assainissement et du pluvial.

Quelles ont été les compétences mises en œuvre ?
B.P. : La force de nos équipes est leur pluridisciplinarité. C’est cette complémentarité entre l’activité Smart Solutions avec les équipes de la Stéphanoise des Eaux qui a permis une collaboration efficace autour du projet. A l’écoute de nos besoins, les collaborateurs se sont adaptés à nos exigences et à la spécificité de notre territoire, tout en collaborant activement et à nos côtés avec la collectivité.

Quelles ont été les spécificités à prendre en compte pour assurer la réussite de l’implémentation d’Influx™ dans le contexte local ?
J.S. : Le réseau d’assainissement de Saint-Etienne est confronté à la problématique des eaux claires parasites. Nous avons donc intégré ces contraintes hydrologiques spécifiques dans le modèle numérique d’Influx™, ce qui permet à l’exploitant d’avoir une vision mise à jour en temps réel de l’état des eaux claires.
Après plus d’un an d’exploitation, quels sont les premiers résultats concrets observés ?
B.P. : Nous avons constaté concrètement l’efficacité du système Influx™ en juin l’année dernière lorsqu’un événement pluvieux de très grande importance s’est abattu sur Saint-Étienne : 25 mm d’eau en 51 min. Nous avons pu, grâce au système, anticiper l’événement, envoyer le maximum de pollution vers la station d’épuration et délester le collecteur du quartier concerné au moment le plus critique. Ce quartier a ainsi échappé aux inondations dont il avait souffert précédemment, avant la mise en place du système. On compte depuis le 7 août 2014, 145 événements pluvieux gérés et 40% de déversements polluants en moins pour les petites pluies.