Chargement en cours

Optimiser la collecte des déchets grâce à l’IOT

Optimiser la collecte des déchets grâce à l’IOT

Publié le 21 septembre 2017

Prix du carburant, émissions carbonnées, sécurité des véhicules sont parmi les facteurs qui amènent les collectivités à reprenser leurs dispositifs de collecte des déchets ménagers. En ligne de mire, des économies et des pratiques plus respectueuses de l’environnement. Dans ce domaine, l’IOT (Internet of Things, soit des objects connectés pour collecter des données), permet de promouvoir ces nouvelles formes d’organisation du ramassage, au bénéfices des usagers et des territoires.

Depuis les années 90, la généralisation du tri sélectif et l’installation progressive de points d’apports volontaires (PAV) ont permis aux collectivités de faire progresser la gestion des déchets, notamment d’un point de vue économique à travers la réduction des tournées de véhicules. Mais, malgré ces aménagements, la qualité de service et l’équilibre financier ne sont pas toujours au rendez-vous : en moyenne, les PAV ne sont remplis qu’à 50% au moment de la tournée de collecte…Les marges de manœuvres sont donc encore grandes en matière d’optimisation. 

L’IOT révolutionne la collecte des déchets

La nouveauté réside dans l’installation de capteurs, placés à l’intérieur de conteneurs, qui mesurent en temps réel leur niveau de remplissage. Ces sondes de télémesure collectent les données dont l’analyse peut être exploitée de différentes manières : sous la forme d’une simple alerte, émise aussitôt le seuil de remplissage atteint pour une intervention rapide, ou bien de manière « intelligente » en réintégrant la benne pleine à une autre tournée de collecte déjà programmée. Avec ce nouveau système, il s’agit de s’assurer que les points d'apport volontaires sont vidés à temps, ni trop tôt ni trop tard, pour que les ordures ne débordent pas sur l’espace public, et de déplacer les véhicules de collecte au bon endroit au bon moment. Ces axes d’optimisation sont désormais possibles à moindre coût et ce grâce à la démocratisation des objets connectés et de leurs réseaux de communication.

 

Du capteur au traitement de la donnée : des solutions fiables pour un ROI atteint en 18 mois

La richesse des informations collectées permet par ailleurs d’accéder à un niveau de connaissance et de pilotage du service beaucoup plus fin, notamment par le calcul et la planification de tournées optimisées sur la base de données temps réel et d’historiques. Les moteurs d’optimisation permettent de prendre en compte de multiples contraintes  comme les temps de trajets, les moyens disponibles, les  taux de remplissage…et de réajuster les tournées autant que nécessaire. A court terme, des modèles de prévision pourront aussi voir le jour afin d’anticiper les besoins et ajuster au mieux les moyens du service.

Les résultats constatés ? Une diminution mécanique des rotations de camions avec des bennes collectées à 75% de leur capacité de remplissage et des impacts économiques et environnementaux en cascade : baisse de la consommation de carburant, limitation du vieillissement des flottes de véhicule et des coûts de maintenance, augmentation de la productivité des équipes, diminution des émissions de CO2…Pour Franck Charlet, dirigeant de la start-up Sigrénea spécialiste de ces solutions « ces systèmes permettent de faire baisser de 15 à 30% le coût de la collecte.L'investissement est rentable pour les collectivités au bout 18 mois en moyenne ». Une solution qui s’inscrit comme un usage de plus de la ville intelligente, d’autant que les cas d’utilisation de l’IOT dans le domaine des déchets n’en sont qu’à leurs débuts. 

POUR CONTINUER LA LECTURE

  • L’open data est mort, vive les plateformes de données

    Le Big Data est mort et la croissance exponentielle des objets connectés se fait toujours attendre. Pourtant, les données sont bien présentes et font l’objet de toutes les attentions dans les premiers projets de villes intelligentes. Car la question désormais n’est plus seulement de les collecter ou de les utiliser, mais plus encore, de les partager. La ville smart et connectée en dépend, car aucun acteur ne détient toutes les informations. Tant d’opportunités que les territoires veulent saisir afin de poursuivre leur développement. Dijon, Saint-Etienne, Marseille, Angers, les villes comprennent progressivement l’intérêt de la donnée et de sa circulation, mais à quelles conditions ?
  • ON’connect, une solution pour améliorer le service de l’eau potable

    Depuis plus de 10 ans, SUEZ fait évoluer les compteurs d’eau. Devenus intelligents, ils communiquent à distance et s’inscrivent ainsi dans l’univers de l’IoT (internet of things) industriel.
    Fort de cette expérience unique et de 4 millions de compteurs connectés dans le monde, le groupe présente ON’connect™ : une technologie éprouvée permettant de connecter en toute sécurité des objets à grande échelle, de collecter et traiter des données de masse pour les acteurs de la ville.
  • Et si économiser l’eau devenait un jeu ?

    Difficile d’imaginer que l’eau puisse être le talon d’Achille de Singapour. Pourtant, l’île-république se doit d’innover sans cesse pour gérer au mieux son absence de ressources naturelles, y compris d’eau. Depuis 2015, le PUB, l’agence en charge de la gestion de l’eau de la cité-Etat, et SUEZ se sont associés afin de mettre en place une solution digitale innovante pour inciter les singapouriens à réduire leurs consommations d’eau au quotidien et diminuer la pression sur cette ressource fragile.