Chargement en cours

Pour Samuel, la recherche de fuites a redémarré depuis fin avril

Pour Samuel, la recherche de fuites a redémarré depuis fin avril

Publié le 19 mai 2020

Samuel est chercheur de fuites à Maromme (76) au sein de l’Agence Normandie dans la région Grand Ouest. Depuis fin avril, il traque à nouveau les fuites sur le réseau du territoire de la Métropole Rouen Normandie (19 communes) et du Syndicat de Montville (12 communes).

Comment abordez-vous la reprise du travail ?

Pour ma part, la reprise de mon activité de chercheur de fuites a été effective depuis la semaine du 20 avril. J’ai abordé cette reprise sereinement et avec envie, le terrain me manquait.

J’ai pu échanger avec ma hiérarchie et suggérer à mon manager de privilégier dans un premier temps la recherche de fuites en zone rurale afin de croiser le moins possible d’usagers. J’ai par la suite progressivement élargi la recherche de fuites à l’ensemble des territoires de nos contrats, ce qui m’a permis de travailler sans craintes.
Un côté positif de cette reprise anticipée est que, grâce au calme, j’ai pu détecter des fuites situées en zone urbaine que la circulation routière et les bruits parasites rendent plus difficiles à identifier en temps normal.

Avez-vous eu des craintes, êtes-vous serein ?

Je n’ai pas de craintes particulières par rapport à mon activité professionnelle, mais plus des questions sur comment de manière générale la situation va évoluer. 

Je suis assez serein tout de même car la région Normandie a été peu touchée par rapport à d’autres territoires, mais nous devons rester vigilants !
Psychologiquement, cela n’est pas tous les jours évident car nous devons apprendre à vivre avec ce virus, et avoir le réflexe de mettre en place les gestes barrières au bureau et sur le terrain.

J’attendais le feu vert de ma direction pour reprendre mon activité. Mon métier de chercheur de fuites se déroule principalement sur le terrain. Cependant, j’ai pu mettre à profit le temps du télétravail pour avancer sur la mise à jour des cartographies et le suivi des consommations sur le logiciel Aquadvanced.
J’ai également géré avec l’équipe réseau deux situations de crise en localisant une fuite, ce qui leur a permis d’effectuer la réparation en urgence.

Qu’est ce qui a change dans votre quotidien ?

Aujourd’hui, nous devons toujours être en alerte pour respecter les gestes barrières. Un temps d’arrêt est souvent nécessaire pour maintenir cette distanciation physique aussi bien avec les collègues au bureau que sur le terrain avec les usagers que je pourrais croiser. Cela n’est pas toujours naturel !

Comment jugez-vous les mesures mises en place par suez ?

Elles sont nécessaires et rassurantes. Elles sont certes contraignantes car nous n’avons pas l’habitude de porter un masque sur l’ensemble de la journée mais indispensables pour notre santé/sécurité et celle des autres.

Samuel a souhaité conclure cette interview par un message pour ses collègues qui n’ont jamais cessé leur activité depuis le début de la crise :
« Permettez-moi de saluer mes collègues qui ont été en première ligne durant cette crise. Je pense notamment aux agents de stations d’eaux usées qui ont assuré leur mission de continuité de service avec courage et envie. »

POUR CONTINUER LA LECTURE

  • Les centres « VISIO », des dispositifs clés pour traverser la crise sanitaire

    SUEZ peut compter sur ses 13 centres VISIO implantés en France pour une gestion à distance de l’eau sur 100% des territoires équipés. Ces centres de pilotages intelligents qui récupèrent les données des capteurs placés sur les installations (réseau et usines) se révèlent des dispositifs clés pour traverser la crise sanitaire. Ils sont un soutien pour nos collaborateurs de terrain et des garants de la continuité de service.
  • L'étude des comportements pour mieux comprendre les attentes des usagers

    L’étude et l’analyse des usages permettent de mieux comprendre l’évolution des comportements citoyens pour mieux accompagner leur évolution.
    Récemment, pour lutter contre la propagation du CORONAVIRUS, de nombreux usagers confinés ont augmenté leur consommation de lingettes désinfectantes dont ils se débarrassent dans les toilettes, causant, sans le savoir, de sérieux problèmes d’obstruction des canalisations.
  • Une reprise d’activités sous le signe de la sécurité

    Depuis l’annonce du Gouvernement d’un déconfinement partiel et progressif à compter du 11 mai, SUEZ a travaillé à l’élaboration de plans de reprise d’activité (PRA), qui succèdent aux Plans de continuité d’activité. Ils ont été établis sous la responsabilité et l’autorité des Régions sur la base d’une stratégie nationale permettant d’agir en cohérence avec la stratégie d’entreprise et au plus près des territoires. Afin de respecter les règles de distanciation sociale notamment, tous les salariés ne pourront pas retourner travailler dans l’entreprise dans l’immédiat.