Chargement en cours

Préserver l'environnement et la qualité de vie en contrôlant les eaux claires parasites dans les réseaux d'assainissement

Préserver l'environnement et la qualité de vie en contrôlant les eaux claires parasites dans les réseaux d'assainissement

Publié le 28 mai 2021

Pour mieux contrôler les quantités d’eaux claires parasites*, SUEZ propose une nouvelle démarche, complète et structurée, qui s’appuie sur de nombreuses innovations technologiques. Mieux ciblés, les travaux de réhabilitation gagnent en efficacité et SUEZ s’y engage. INFILT CONTROL : pour une quantité d’eaux claires parasites soutenable dans les réseaux d’assainissement.

Préserver l’environnement et la qualité de vie des habitants

Naturellement présentes par infiltration, les eaux claires parasites* sont un problème du fait de leurs quantités trop importantes dans les réseaux d’assainissement lors des événements pluvieux intenses par exemple. En les réduisant, les collectivités contribuent à préserver l’environnement en limitant les risques de déversements dans les milieux naturels. Ainsi, les systèmes d’assainissement sont en parfait état de fonctionnement : ils sont toujours disponibles et leurs capacités ne sont pas altérées.

Limiter les quantités d’effluents collectés et transportés par les réseaux d’Eaux Usées permet de réduire les consommations d’énergie et de réactifs nécessaires à leur traitement. Moins saturés, les systèmes d’assainissement ne constituent plus un frein au développement de l’urbanisme.

C’est pourquoi SUEZ a développé une offre de services complète et graduelle, qui augmente en précision et en technicité, jusqu’à s’engager sur des résultats. De la détection de plus en plus fine des zones fragilisées, en passant par la réalisation des travaux de réhabilitation et au suivi de leur efficacité, SUEZ va jusqu’à en garantir le résultat.

Améliorer la performance des réseaux

Des quantités trop importantes d’eaux claires parasites peuvent s’avérer lourdes de conséquences pour les infrastructures d’assainissement. Non seulement leurs capacités de collecte, de transport et de traitement peuvent être altérées, induisant de forts risques de débordement et de déversement des eaux usées dans le milieu naturel lors de précipitations importantes, mais la surcharge hydraulique et la corrosion produite par les effluents peuvent entrainer une usure prématurée du patrimoine.

Ces quantités excédentaires d’effluents ne sont pas sans conséquences non plus sur les budgets : consommations d’énergie en hausse sur les stations de pompage, installations de traitement aux performances diminuées peuvent entraîner une augmentation des coûts de fonctionnement des systèmes d’assainissement dans leur ensemble.

Les volumes d’eaux claires parasites sont acceptables dans les réseaux dans une certaine mesure car elles sont utiles à certains endroits pour faciliter l’écoulement dans les canalisations et éviter les stagnations de résidus qui pourraient émettre des odeurs. En revanche, des quantités trop importantes sont préjudiciables pour les collectivités jusqu’à représenter un frein au développement de l’urbanisme et engendrer des dépenses importantes pour augmenter les capacités des systèmes d’assainissement. En effet, si la capacité des réseaux doit toujours être disponible pour accepter ces flux et éviter ainsi les débordements, de nouvelles constructions immobilières peuvent venir les saturer.

Une démarche structurée pour résoudre un problème complexe.

Réduire les quantités d’eaux claires parasites est une équation difficile qui requiert une gestion sur le long terme. Les entrées d’eau sont susceptibles de se produire à de multiples endroits. Aussi, sans recours à une méthodologie éprouvée et à des outils innovants, les investigations peuvent être longues et les coûts de réhabilitation prohibitifs. L’enjeu est de mettre en place une stratégie optimale de réhabilitation des réseaux, dans la durée.

     

C’est la raison pour laquelle SUEZ propose une offre structurée et progressive : INFILT CONTROL. Sa méthodologie s’appuie sur des outils performants et des technologies innovantes :
- De nouvelles techniques d’inspection des réseaux, comme la SewerBall, une balle bourrée de capteurs qui va circuler dans les réseaux et mettre en évidence très rapidement les zones fragilisées.
- Des outils de mesures et de cartographies qui facilitent les prises de décisions.
- Des outils de simulation performants et uniques qui permettent de proposer le meilleur scénario coût/efficacité.
- …
Avec INFILT CONTROL, SUEZ propose toute une palette technique pour construire l’offre la mieux adaptée au contexte local, avec 5 niveaux de services pour lutter contre les eaux claires parasites. Ces différents niveaux permettent d’adapter la proposition aux besoins et aux budgets des collectivités.

Protéger l’environnement tout en maîtrisant ses investissements

Grâce à la performance de ses outils sur l’ensemble de la chaîne et à son expertise, SUEZ est en mesure de s’engager sur l’atteinte d’un pourcentage de réduction des eaux claires parasites, en fonction du scénario d’investissement choisi.

Un engagement aux côtés des collectivités pour mettre en place des actions complémentaires au Diagnostic Permanent

INFILT CONTROL améliore la pérennité des systèmes d’assainissement et réduit les risques de pollution de l’environnement évitant ainsi les non-conformités dues aux déversements dans les milieux naturels. L’arrêté du 21 juillet 2015 demande aux collectivités territoriales de mettre en œuvre un suivi régulier de leur système d’assainissement pour réduire les impacts sur le milieu récepteur. Dans ce cadre réglementaire contraint, la lutte contre les eaux claires parasites est l’une des actions clés pour prévenir les dysfonctionnements et s’inscrire dans une logique d’amélioration continue.

Avec INFILT CONTROL, vous disposerez d’outils performants et de technologies innovantes pour concilier réduction des eaux claires parasites, optimisation de votre système d’assainissement, maîtrise des investissements et protection de l’environnement.

______________________________________________

* Quelle est l’origine des eaux claires parasites ?
Ce sont des eaux non chargées en pollution, présentes en permanence ou par intermittence dans les réseaux d'assainissement public. On distingue deux types d’eaux claires parasites :
- Les Eaux Claires Para¬sites Perma¬nentes (ECPP) : Issues principalement des infiltrations des nappes phréa¬tiques par des défauts d’étanchéité du réseau d’assainissement, elles sont présentes en permanence dans les systèmes d’assainissement.
- Les Eaux Claires Para¬sites Météo¬riques (ECPM) : liées aux événements pluvieux, leur présence est principalement due à des branchements non conformes de collecteurs d’eau pluviale sur le réseau d’eaux usées.

Elles présentent l'inconvénient de diluer les effluents d'eaux usées et de venir perturber le bon fonctionnement des systèmes d’assainissement.

POUR CONTINUER LA LECTURE

  • Regards croisés sur la nouvelle directive européenne eau potable

    Publiée au Journal Officiel depuis quelques semaines, la nouvelle directive européenne eau potable aura des répercussions sur le service de l’eau en France dans les années à venir.
  • La chasse aux Micropolluants est ouverte !

    L’étude du Syndicat national des entreprises de traitement de l’eau (Synteau) publiée fin 2020 en collaboration avec l’INRAE (Institut national de la recherche agronomique) a évalué l’impact sur les milieux aquatiques et la santé humaine des micropolluants rejetés par les stations d’épuration françaises. Focus sur les solutions de SUEZ pour limiter l’impact des micropolluants sur le milieu naturel.

  • Préparer la saison estivale avec des solutions pour rafraichir les villes

    La France a traversé plusieurs épisodes caniculaires ces dernières années. Avec les effets du changement climatique, leur fréquence et leur intensité n’ont cessé d’augmenter. En ville, ces épisodes météorologiques accentuent le phénomène des îlots de chaleur urbains (ICU).