Chargement en cours

Trions nos déchets

Trions nos déchets

Publié le 04 octobre 2016

Un service digital pour accompagner les dijonnais dans le tri des déchets recyclables Depuis le 1er juillet, les habitants de la Communauté Urbaine du Grand Dijon peuvent y voir plus clair sur le tri de leurs déchets en consultant le nouveau site www.trionsnosdechets-dijon.fr, un portail d’information et de communication pour bien trier et mieux recycler.

Le service de collecte et  traitement des déchets de la collectivité s’est appuyé sur le savoir-faire digital du groupe SUEZ pour développer ce site web. Conçu et développé en 3 mois, par une équipe pluridisciplinaire afin de respecter la date de mise en place du nouveau calendrier de collecte. Les spécialistes du métier de la collecte et du recyclage, les graphistes, les développeurs informatiques et les communicants du Grand Dijon ont travaillé ensemble, en mode agile, pour réaliser un site personnalisé qui collait parfaitement à leurs besoins. .

Basé sur des technologies open source et une base de données géo référencées, il permet de trouver la déchetterie ou le point d’apport volontaire le plus proche, connaître les jours de collecte sélective ou faire une demande d’enlèvement d’encombrants.

À la disposition des 250 000 habitants de la Communauté Urbaine du Grand Dijon, toute l’attention a porté sur la qualité des données, préalable indispensable pour délivrer une information correcte et utile au quotidien aux usagers. Il référence par exemple 98 types de déchets différents, 570 points d’apports et plus de 2 500 adresses.

Dès les premières semaines de mise en service, des dizaines de demandes journalières ont été enregistrées sur le site et traitées par les équipes, démontrant l’appropriation rapide des nouvelles technologies par les dijonnais et l’utilité de la nouvelle solution.

 www.trionsnosdechets-dijon.fr

POUR CONTINUER LA LECTURE

  • L’open data est mort, vive les plateformes de données

    Le Big Data est mort et la croissance exponentielle des objets connectés se fait toujours attendre. Pourtant, les données sont bien présentes et font l’objet de toutes les attentions dans les premiers projets de villes intelligentes. Car la question désormais n’est plus seulement de les collecter ou de les utiliser, mais plus encore, de les partager. La ville smart et connectée en dépend, car aucun acteur ne détient toutes les informations. Tant d’opportunités que les territoires veulent saisir afin de poursuivre leur développement. Dijon, Saint-Etienne, Marseille, Angers, les villes comprennent progressivement l’intérêt de la donnée et de sa circulation, mais à quelles conditions ?
  • ON’connect, une solution pour améliorer le service de l’eau potable

    Depuis plus de 10 ans, SUEZ fait évoluer les compteurs d’eau. Devenus intelligents, ils communiquent à distance et s’inscrivent ainsi dans l’univers de l’IoT (internet of things) industriel.
    Fort de cette expérience unique et de 4 millions de compteurs connectés dans le monde, le groupe présente ON’connect™ : une technologie éprouvée permettant de connecter en toute sécurité des objets à grande échelle, de collecter et traiter des données de masse pour les acteurs de la ville.
  • Et si économiser l’eau devenait un jeu ?

    Difficile d’imaginer que l’eau puisse être le talon d’Achille de Singapour. Pourtant, l’île-république se doit d’innover sans cesse pour gérer au mieux son absence de ressources naturelles, y compris d’eau. Depuis 2015, le PUB, l’agence en charge de la gestion de l’eau de la cité-Etat, et SUEZ se sont associés afin de mettre en place une solution digitale innovante pour inciter les singapouriens à réduire leurs consommations d’eau au quotidien et diminuer la pression sur cette ressource fragile.