Chargement en cours

Un contrat d'animation pour protéger la ressource en eau du Pecq-Croissy

Un contrat d'animation pour protéger la ressource en eau du Pecq-Croissy

Publié le 21 septembre 2016

Engagés de longue date dans une démarche de préservation et d’amélioration des milieux naturels (aquatiques et humides) et de la ressource en eau, l’Agence de l’Eau Seine-Normandie, le Syndicat Mixte pour la Gestion du Service des Eaux de Versailles et Saint-Cloud (SMGSEVESC) et SUEZ formalisent leur engagement au travers d’un contrat d’animation.

Situé en bord de Seine, le territoire est essentiellement urbain et industriel. Ainsi, il est exposé à des pollutions diffuses d’origine anthropiques qui ont potentiellement un impact sur le milieu naturel et la ressource en eau. Par conséquent, la nappe phréatique nécessite d’être protégée de façon préventive, notamment vis-à-vis des produits phytosanitaires, afin de préserver la bonne qualité de l’eau potable du territoire.

Le contrat d’animation des captages du Pecq-Croissy vise, en ce sens, à protéger ce territoire de toutes pollutions diffuses et/ou accidentelles. Il s’agit d’un vrai projet de territoire qui comprendra des actions concertées des acteurs locaux, notamment des collectivités, des producteurs d’eau et des industriels afin de mettre en place des mesures préventives pour la reconquête de la qualité des eaux. A noter que ce contrat est complémentaire du contrat d’animation des captages de Flins-Aubergenville, porté par SUEZ, et du contrat « zéro phyto » porté par le SMGSEVESC.

Le contrat s’applique sur la Zone Prioritaire de l’Aire d’Alimentation des Captages* (AAC) du Pecq-Croissy, qui couvre 70 hectares sur les communes suivantes

Croissy-sur-Seine - Bougival - Chatou - La Celle St Cloud - Le Vésinet - Marly le Roi - Carrières-sur-Seine - Le Pecq - Port-Marly - Louveciennes

* L’Aire d’Alimentation des Captages (AAC) représente l'ensemble des surfaces où toute goutte d'eau tombée au sol est susceptible de parvenir jusqu'au captage, que ce soit par infiltration ou par ruissellement.

Les actions envisagées dans le cadre de ce contrat d’animation sont divisées en deux volets selon les acteurs :
Un volet « urbain » : acteurs collectivités, populations et propriétaires fonciers afin d'atteindre une gestion « zéro-phyto » des espaces publics et de sensibiliser la population à l’interdiction de l’usage non-professionnel de produits phytosanitaires

Le volet « activités économiques » : acteurs industriels, artisans… afin d'éviter les pollutions diffuses et ponctuelles aux produits phytosanitaires, les risques de pollutions chimiques accidentelles diffuses ou ponctuelles, et enfin les pollutions récurrentes par les eaux pluviales

POUR CONTINUER LA LECTURE