Chargement en cours

Vers un standard de la télé relève ?

Vers un standard de la télé relève ?

Publié le 14 février 2018

Il existe aujourd’hui peu de normes dans le secteur de l’IoT. Dans l’univers des réseaux bas débit par exemple, nombre d’acteurs utilisent la radiofréquence 868 MHz via des protocoles plus ou moins ouverts pour adresser les usages les plus variés. En l’absence de standard, les solutions se multiplient, et avec elles, la prolifération des infrastructures au détriment de la qualité des communications, des coûts et de l’ouverture technologique. Il semblerait pourtant que le secteur du comptage intelligent, dit smart metering, s’organiserait pour favoriser l’interopérabilité de ses réseaux.

En 2005, la Conférence européenne des administrations des postes et télécommunications (CEPT) réaffecte une partie de la bande ERMES utilisée pour les pagers au smart metering. En consacrant cette fréquence, le 169 MHz, à l’usage de la relève automatique et à distance des compteurs (eau, gaz, électricité, chaleur), la CEPT a réduit les risques d’interférences des communications et encouragé les opérateurs à l’utiliser, posant ainsi la première brique de l’interopérabilité.

Suite au mandat de standardisation 441 édité en 2009, le Comité Européen de Normalisation (CEN) relance les travaux sur la norme EN 13757 visant à favoriser l’interopérabilité des systèmes de comptage intelligent.  La fréquence 169 MHz est alors intégrée dans la norme qui, suite à ces travaux, réduit les différences potentielles entre deux compteurs communicants utilisant la même bande de fréquence. La norme européenne EN  13757 installe la deuxième brique du processus d’interopérabilité.

Enfin, le cadre normatif européen laissant encore beaucoup de liberté d’application, l’AFNOR (Association Française de Normalisation) délivre un guide d’application de la norme 13757. Ce guide, publié en 2016, est plus précis et permet ainsi de limiter davantage les variations d’une solution à une autre. La conformité au guide d’application de l’AFNOR est devenue un critère déterminant dans l’attribution des marchés publics des collectivités françaises désireuses de démarrer des projets de compteurs communicants. Ce guide constitue notre troisième brique de l’interopérabilité.

Ce phénomène d’entonnoir permet de limiter successivement les variantes possibles. Cependant, étant le résultat de travaux consensuels entre de nombreux acteurs, la norme et le guide laissent encore le choix entre différents modes de communication et bandes de fréquence. 

En 2012, GRDF et SUEZ co-développent une technologie de télé relève, conforme à la norme EN13757 et au guide d’application de l’AFNOR. De cette collaboration nait la Wize Alliance en 2017, afin de promouvoir cette technologie unique dont la bande de fréquence, le mode de communication et le mode de sécurité sont définis. De plus, la Wize Alliance ouvre les spécifications de son protocole de communication LAN ce qui permet de mutualiser les infrastructures de télécommunication, à l’instar de GRDF et SUEZ, et par conséquent de réaliser des économies et accélérer le déploiement de leur solution de comptage intelligent. 

POUR CONTINUER LA LECTURE

  • ON’connect, une solution pour améliorer le service de l’eau potable

    Depuis plus de 10 ans, SUEZ fait évoluer les compteurs d’eau. Devenus intelligents, ils communiquent à distance et s’inscrivent ainsi dans l’univers de l’IoT (internet of things) industriel.
    Fort de cette expérience unique et de 4 millions de compteurs connectés dans le monde, le groupe présente ON’connect™ : une technologie éprouvée permettant de connecter en toute sécurité des objets à grande échelle, de collecter et traiter des données de masse pour les acteurs de la ville.
  • Digital Saint-Etienne : première plate-forme française de la donnée publique urbaine

    En 2015, le projet porté par le groupe SUEZ, la Ville de Saint-Etienne et Saint-Etienne Métropole, Digital Saint-Etienne, était désigné lauréat de l’initiative « Démonstrateurs industriels pour la ville durable » portée et soutenue par le ministère de la Transition écologique et solidaire et le ministère de la Cohésion des territoires. La proposition présentée par le groupement de devenir ville-pilote en matière de gestion citoyenne des données numériques était motivée par la volonté de faciliter les usages quotidiens des habitants et d’améliorer la qualité de vie en ville. Zoom sur ce projet pionnier en France, entré dans sa phase active en 2017.
  • Les compteurs communicants passés au crible

    Fin 2016, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) publiait les résultats d’une étude sur le déploiement de compteurs communicants. L’étude s’est notamment intéressée aux compteurs d’eau intelligents de SUEZ.