Chargement en cours

Journée Mondiale des Océans : chaque geste compte

Journée Mondiale des Océans : chaque geste compte

Publié le 27 juin 2019

La lutte contre la pollution des océans doit intervenir sur Terre, à la fois par une bonne gestion et valorisation des déchets, et par le traitement des eaux usées. Nous sommes tous concernés : institutions, entreprises, associations, citoyens. Chacun à son échelle peut agir pour la protection des océans : du simple tri de ses déchets au déploiement de solutions innovantes.

80% de la pollution maritime est d’origine terrestre et causée à 90% par les plastiques (source : Expédition MED)

 

Les déchets plastiques lorsqu’ils ne sont pas collectés, triés et valorisés sur Terre, finissent par rejoindre les mers et les océans via les rivières et les fleuves où ils se fragmentent en micro et nanoplastiques. En cause également le lavage du linge synthétique : un cycle de lavage rejette dans les réseaux d’assainissement des milliers de microfibres plastiques.

C’est pourquoi la lutte contre la pollution des océans doit intervenir sur Terre, à la fois par une bonne gestion et valorisation des déchets, et par le traitement des eaux usées. Nous sommes tous concernés et chacun à son échelle peut agir pour la protection des océans.

 

Empêcher les microplastiques de rejoindre l’océan

Les stations d’épuration constituent un rempart contre la pollution des océans. SUEZ a lancé, aux côtés de partenaires, le 1er programme de recherche dédié aux pollutions par microfibres pour améliorer la capacité des stations d’épuration à retenir ces pollutions. Ce programme a permis d’établir un premier diagnostic. SUEZ pilote également le programme de recherche Microplastic, mené avec plusieurs partenaires publics et privés, qui a pour objectif de détecter, quantifier et modéliser la dispersion, et d’étudier les risques sur l’écosystème
Des méthodes d’échantillonnage et d’analyse des microplastiques adaptées aux eaux usées ont été développées et fiabilisées. Par la suite, des campagnes de mesures ont été réalisées sur différentes stations d’épuration afin de déterminer les performances des différentes technologies de traitement. Ces résultats indiquent que les stations permettent d’abattre de 80 à 98% des microplastiques, selon les filières de traitement mises en œuvre.

POUR CONTINUER LA LECTURE