Chargement en cours

L’open data est mort, vive les plateformes de données

L’open data est mort, vive les plateformes de données

Publié le 11 septembre 2019

Le Big Data est mort et la croissance exponentielle des objets connectés se fait toujours attendre. Pourtant, les données sont bien présentes et font l’objet de toutes les attentions dans les premiers projets de villes intelligentes. Car la question désormais n’est plus seulement de les collecter ou de les utiliser, mais plus encore, de les partager. La ville smart et connectée en dépend, car aucun acteur ne détient toutes les informations. Tant d’opportunités que les territoires veulent saisir afin de poursuivre leur développement. Dijon, Saint-Etienne, Marseille, Angers, les villes comprennent progressivement l’intérêt de la donnée et de sa circulation, mais à quelles conditions ?

Les limites de l’Open Data et de la logique de stock

Dès 2010, Lles premières démarches d’ouverture des données visaient à promouvoir la circulation de celles-ci pour mieux les exploiter. Ce fût une réussite, l’Open Data ayant véritablement permis de briser les silos, en centralisant sur une même interface des données auparavant dispersées. Cependant, malgré le succès d’initiatives nationales comme Data Gouv, les démarches locales se sont rapidement essoufflées. Deux raisons à cela. Tout d’abord les plateformes anonymes publiques ou privées sur lesquelles tout un chacun peut exposer ou récupérer des données posent la question de la qualité des informations mises à disposition. Ensuite, suivant une logique de stock, les données en Open Data ne sont jamais complètement à jour, et donc jamais parfaitement exploitables, posant ainsi une seconde limite à leur usage. 

Des plateformes sécurisées et une dynamique de flux pour des échanges pérennes

Le développement de plateformes sécurisées permet de résoudre le premier enjeu lié à la qualité des informations. Identifié et authentifié, l’utilisateur « fournisseur » s’assure de la qualité des informations qu’il publie afin de conserver sa crédibilité et utiliser à son tour des données qualifiées exposées sur la plateforme. Pour traiter la problématique de la mise à jour en continu des informations, les APIs entrent en jeu. On passe donc à une stratégie de flux. Ces petits bouts de code récupèrent ou exposent une information en faisant le lien entre un serveur et une application. Ainsi, dès qu’une donnée est créée, elle est transmise automatiquement et l’information communiquée est actualisée en permanence, garantissant la qualité d’un service. Saint-Etienne et sa plateforme de consolidation de données permettent à chacun d'utilser une donnée authentifiée et sécurisée : opérateurs de la ville, citoyens, entreprises et développeurs, etc.   Avec les plateformes sécurisées, les échanges vont naturellement s’intensifier pour donner naissance à un écosystème de fournisseurs-utilisateurs liés par l’interdépendance de leurs données respectives. En effet, les différentes applications et logiciels métiers vont se nourrir mutuellement des données échangées. Un centre d’hypervision pourra ainsi être alimenté des données présentes sur son territoire et favoriser, à l’instar de Dijon, une vision globale et partagée de la gestion de la ville. Ça c’est la Smart City !

POUR CONTINUER LA LECTURE

  • ON’connect, une solution pour améliorer le service de l’eau potable

    Depuis plus de 10 ans, SUEZ fait évoluer les compteurs d’eau. Devenus intelligents, ils communiquent à distance et s’inscrivent ainsi dans l’univers de l’IoT (internet of things) industriel.
    Fort de cette expérience unique et de 4 millions de compteurs connectés dans le monde, le groupe présente ON’connect™ : une technologie éprouvée permettant de connecter en toute sécurité des objets à grande échelle, de collecter et traiter des données de masse pour les acteurs de la ville.
  • Et si économiser l’eau devenait un jeu ?

    Difficile d’imaginer que l’eau puisse être le talon d’Achille de Singapour. Pourtant, l’île-république se doit d’innover sans cesse pour gérer au mieux son absence de ressources naturelles, y compris d’eau. Depuis 2015, le PUB, l’agence en charge de la gestion de l’eau de la cité-Etat, et SUEZ se sont associés afin de mettre en place une solution digitale innovante pour inciter les singapouriens à réduire leurs consommations d’eau au quotidien et diminuer la pression sur cette ressource fragile.
  • Conférence SUEZ Innovative City

    Retour sur l’édition 2018 d’INNOVATIVE CITY, la vitrine française des Smart Cities

    Innovative City, le salon sur l’innovation au service de la ville et pour les citoyens se tenait à Nice fin juin. Start-ups et grands groupes se sont ainsi retrouvés à l’Acropolis afin de présenter leurs solutions pour l’amélioration de la qualité de vie en ville. Au cœur des débats, l’usage et l’exploitation de la donnée. Celle qui doit notamment permettre aux territoires de faire face aux enjeux de notre époque tels que le changement climatique ou le vieillissement des populations.