Chargement en cours

La réincorporation de matières plastiques recyclées dans les produits : une opportunité pour la relance des territoires français et la lutte contre le dérèglement climatique.

La réincorporation de matières plastiques recyclées dans les produits : une opportunité pour la relance des territoires français et la lutte contre le dérèglement climatique.

Publié le 28 juin 2021

La loi AGEC du 10 février 2020* va transformer en profondeur les modes de production des industriels comme les modes de consommation des citoyens.

Une logique d'économie circulaire appliquée à la production et à la consommation permettra de réduire notre empreinte écologique et notamment de réaliser d’importantes économies d’émissions de gaz à effet de serre. Néanmoins l’urgence climatique nous impose d’aller plus vite en matière de recyclage en créant un véritable choc de la demande en matière recyclée notamment quant à la réincorporation des plastiques recyclés dans les produits.

Vers plus d’information des consommateurs pour des modes de consommation moins carbonés

La loi AGEC vise à transformer notre économie linéaire (produire, consommer et jeter) en une économie circulaire en améliorant l’éco-conception, le réemploi, le recyclage, en étendant les dispositifs de responsabilité élargie du producteur (REP) à de nouveaux secteurs et en renforçant l’information des consommateurs et les pratiques vertueuses comme l’intégration de matière recyclée dans les produits. Les interdictions de certains plastiques à usage unique sont emblématiques de cette volonté de renforcer la circularité des modes de production et de consommations en France. Les matières recyclées ont un avantage certain dans la lutte contre le dérèglement climatique car leur usage permet d’éviter l’émission de GES par rapport aux matières vierges. Recycler, c’est améliorer le bilan carbone du pays et améliorer l’indépendance de la France dans son usage de matières premières, qui pour certaines ont des gisements naturels qui seront épuisés d’ici 30 ans (principalement les matières premières rares utilisées dans la production de biens à forte composante électronique).

Les Français ne le savent d’ailleurs que trop bien puisqu’ils plébiscitent plus d’informations quant à la composition des produits qu’ils achètent, souhaitent lutter contre l’obsolescence programmée (au profit de la réparation) et contre le gaspillage alimentaire. La crise sanitaire de la covid-19 n’a fait qu’accélérer cette exigence citoyenne relative à ces enjeux environnementaux. L’objectif de cette loi est donc d’accompagner et de soutenir ce mouvement en faisant évoluer les modes de consommations des citoyens vers des modes de consommations moins carbonés, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dues à la consommation de biens et services fortement émetteurs, mais également de la surconsommation. Cela s’inscrit donc par une meilleure information des consommateurs sur l’impact carbone des produits et services sur l’ensemble de leur cycle de vie pour orienter leur acte d’achat vers les produits et services les plus vertueux sur un plan environnemental.

 

La valeur ajoutée environnementale et climatique de l’utilisation de matières recyclées.

En soutenant l’éco-conception de nombreux produits et en renforçant les obligations concernant la gestion de leur fin de vie, la loi AGEC touche directement à l’engagement de SUEZ dans les enjeux climatiques et à son expertise dans les métiers du recyclage. Nos activités sont au cœur des enjeux abordés par ces nouvelles mesures et nous avons un rôle à jouer pour répondre aux défis environnementaux. SUEZ est ainsi signataire de l’engagement 1,5 degrés et a un objectif de réduire de 45 % ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2030.

SUEZ propose déjà des solutions qui contribuent à la circularité de nos modes de productions et de consommations. En effet grâce à Circpack, SUEZ aide ses clients industriels à rendre leurs emballages durables et véritablement recyclables et développe pour eux des services dédiés à l’écoconception d’emballages (qu’il s’agisse de bouteilles, de cartons, de pots, de barquettes, de sacs, de boîtes, ou de tout autre type d’emballage personnalisé). SUEZ fournit une analyse des emballages, qu’ils soient existants ou à créer et propose une certification de recyclabilité.

Avec l’Application mobile MonServiceDéchets, SUEZ accompagne et facilite le geste de tri des citoyens. Cette appli mobile apporte une meilleure information sur les bons gestes de tri des emballages, améliore le tri et donc la valorisation des déchets. En scannant le code-barres d’un emballage, le citoyen peut savoir s’il est recyclable, et comment trier son déchet en fonction des consignes locales. Une carte interactive présente les différents points de collecte sur le territoire : bornes d’apport volontaire, déchèteries, composteurs partagés, etc. Les usagers ont également la possibilité de signaler la présence d’un dépôt sauvage ou de demander une collecte d’encombrants à domicile.

SUEZ propose également des solutions pour accompagner le tri à la source comme la tarification incitative, qui représente un levier majeur et dont la généralisation doit être encouragée partout où cela est possible.

Si l’exigence citoyenne est de connaître la quantité de matériaux recyclés dans les produits que nous consommons, pour SUEZ favoriser la réintégration des matières recyclées représente un respect fondamental du geste de tri et de l’engagement des citoyens dans le recyclage. C’est pourquoi SUEZ souhaite aller plus loin que les obligations de réincorporation de plastiques recyclés prévue par la Directive Européenne « plastiques à usage unique » ainsi que par la loi AGEC. Ces deux textes prévoient  un taux d’incorporation de 25% minimum en 2025 pour les bouteilles en plastique de type PET, puis 30% minimum pour toutes les bouteilles en plastique à compter de 2030. SUEZ souhaite élargir cette obligation à tous les plastiques ainsi qu’à d’autres matières afin de créer un véritable choc de la demande pour les matières recyclées en France. Pour cela, les professionnels du recyclage comme SUEZ, s’engagent à produire des matières de qualité et investissent dans des programmes de recherche, innovent et développent de nouvelles technologies comme par exemple le recyclage chimique des plastiques dont les premières expérimentations commencent à apparaître.

Toutes ces solutions innovantes et concrètes apportées aux collectivités sont également le reflet de la raison d’être de SUEZ, qui est de préserver et restaurer les éléments essentiels de notre environnement : l’eau, la terre et l’air pour les femmes et les hommes.

POUR CONTINUER LA LECTURE

  • Préparer la saison estivale avec des solutions pour rafraichir les villes

    La France a traversé plusieurs épisodes caniculaires ces dernières années. Avec les effets du changement climatique, leur fréquence et leur intensité n’ont cessé d’augmenter. En ville, ces épisodes météorologiques accentuent le phénomène des îlots de chaleur urbains (ICU).
  • Surveiller en continu les réseaux d’eau potable pour une performance accrue

    Face au changement climatique et aux exigences réglementaires, la surveillance des réseaux d’eau potable est un enjeu stratégique pour les collectivités tant sur le plan environnemental que financier. Conscient de cet enjeu, SUEZ a développé un service de surveillance en continu des infrastructures de distribution : Risk Network Monitoring Eau Potable.
  • Plan de relance : Investir pour un environnement durable

    100 milliards d'euros, dont un tiers pour la transition écologique, c'est le budget alloué par le Gouvernement français au plan de relance national. Pour les activités liées à l’eau et à la valorisation des déchets en France, ces fonds constituent des opportunités de financements pour de nouveaux projets. SUEZ est à vos côtés pour vous aider à monter vos projets au service d’une relance économique verte et durable.