Chargement en cours

Réduction des déchets : les pratiques des citoyens impactées par la crise Covid-19

Réduction des déchets : les pratiques des citoyens impactées par la crise Covid-19

Publié le 02 décembre 2020

Consommer de manière durable et responsable, et réduire ses déchets sont aujourd’hui des tendances de fond qui s’installent progressivement dans la société. A l’occasion de la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets qui s’est déroulée du 21 au 29 novembre, SUEZ a lancé une étude réalisée par Market Audit en France afin de mesurer les évolutions concrètes dans le comportement des Français, post-confinement, vis-à-vis de la réduction des déchets.

A travers cette étude réalisée par le cabinet .becomingwithMarketAudit, SUEZ livre un état des lieux du comportement des Français et de leurs pratiques en matière de réduction des déchets. La crise sanitaire a eu un impact réel au point de modifier les pratiques : 34% des personnes interrogées déclarent que la COVID-19 a fait évoluer leur comportement vis-à-vis de la réduction des déchets. Les plus jeunes ont été davantage impactés puisque le chiffre grimpe à 54% pour les 18-24 ans. Cela confirme les études menées dans tous les domaines depuis le déconfinement.
Comme l’affirme Fabrice Rossignol, Directeur Général Délégué SUEZ Recyclage & Valorisation France, dans une tribune qu’il a consacrée à ce sujet, « capitaliser sur cette aspiration en matière de réduction des déchets me semble être un défi essentiel à relever car c’est en triant mieux et davantage qu’il sera possible demain de recycler et valoriser davantage et donc diminuer à terme la part des déchets ultimes. » C’est la raison pour laquelle SUEZ a toujours encouragé et accompagné ce mouvement, à travers des actions pédagogiques et des solutions innovantes de sensibilisation, de collecte et de tri.

70% des Français trouvent facile de réduire leurs déchets

Ce résultat encourageant témoigne de l’engagement des Français en faveur de la réduction des déchets. Réemploi, compostage, consommation en vrac… les pratiques pour y parvenir sont nombreuses. Il existe néanmoins encore des freins au passage à l’acte : un Français sur deux admet ainsi avoir une connaissance limitée des comportements à adopter pour réduire ses déchets et 38% trouvent que cela demande trop de temps. Mais ce qui cristallise surtout leurs difficultés, ce sont les emballages : 80%* des personnes interrogées souhaitent que les industriels limitent les emballages de leurs produits. Pour faciliter le geste de tri, SUEZ a développé une appli baptisée monservicedechets.com, disponible gratuitement sur smartphones et tablettes. Grâce à cette solution digitale, en scannant le code-barres d’un emballage, le citoyen sait si ce dernier est recyclable, et comment trier ce déchet en fonction des consignes locales.

Circuits courts et vrac en tête des pratiques pour réduire ses déchets

Face à la problématique des emballages, les Français se tournent progressivement vers le vrac et les circuits courts. Si ces pratiques concernent aujourd’hui environ 8 personnes interrogées sur 10, la régularité dans l’acte d’achat reste à développer. Ils sont en effet 50% à acheter des produits en vrac de manière occasionnelle, mais seulement 22% à le faire régulièrement. Pour le circuit court, la pratique est plus régulière avec 29% d’acheteurs réguliers et 53% d’occasionnels

Consommer l’eau du robinet : un moyen simple pour réduire ses emballages plastiques

Deux tiers des personnes interrogées déclarent consommer régulièrement l’eau du robinet et 8 sur 10 la boivent au moins occasionnellement. Elle présente par ailleurs un avantage économique avec un gain de pouvoir d’achat de l’ordre de 300 € par an et par foyer. Les principaux freins identifiés à la consommation de l’eau du robinet sont liés au goût et au calcaire (source : Baromètre CIEau 2020). Afin de répondre aux attentes des consommateurs et des collectivités, SUEZ développe des procédés pour réduire la présence du calcaire (décarbonatation) depuis les usines de traitement d’eau potable.

La bonne dynamique du réemploi

32% des personnes interrogées se tournent vers le réemploi ou l’achat de seconde main de manière régulière et 46%* y ont recours occasionnellement. Une pratique qui n’a cessé de progresser ces dernières années, encouragée par le développement des sites d’achat et de vente entre particuliers, mais aussi par l’essor des recycleries. SUEZ propose des solutions qui dynamisent ces circuits du réemploi. Le groupe travaille en collaboration avec des partenaires spécialisés, souvent issus du monde de l’Economie Sociale et Solidaire. Aujourd’hui, SUEZ associe des recycleries aux déchèteries, qui deviennent des lieux de réparation, réemploi, réutilisation.

Le compostage des biodéchets : une pratique liée à la typologie de l’habitat

Épluchures de légumes, déchets alimentaires constituent une part non négligeable du volume d’ordures ménagères produit chaque année . La solution : le compostage des biodéchets. Or, souvent conditionné par la typologie d’habitat, celui-ci ne représente une pratique régulière pour 36% des personnes interrogées seulement. Il reste en effet aujourd’hui plus facile de composter ses déchets lorsque l’on vit en maison plutôt qu’en appartement. A l’échelle des collectivités, la collecte des biodéchets permet une valorisation sous la forme de compost, mais aussi de biogaz. A travers les Centres de Valorisation Organique qu’il exploite, SUEZ a déjà valorisé en 2020 plus de 156 000 tonnes de déchets en 5 000 000 m3 de biogaz. Ensuite réinjecté dans le réseau, celui-ci permet d’alimenter les réseaux de chaleur urbains ou encore des flottes de bus fonctionnant au gaz. Par ailleurs, un centre de recherche international sur les biodéchets, baptisé BioRessourcesLab, est en cours de création par SUEZ à Narbonne. Il devrait voir le jour en 2021.

*Etude réalisée pour SUEZ par becomingwithMarketAudit en octobre 2020 auprès d’un panel représentatif de 1000 personnes 

POUR CONTINUER LA LECTURE

  • SUEZ IL

    Comment financer des projets verts dans les territoires ?

    Créée conjointement par SUEZ et Vauban Infrastructure Partners –affilié de Natixis Investment Managers, SUEZ Investissement local, ambitionne de dynamiser le financement d’infrastructures environnementales en France.
  • Surveiller en continu les réseaux d’eau potable pour une performance accrue

    Face au changement climatique et aux exigences réglementaires, la surveillance des réseaux d’eau potable est un enjeu stratégique pour les collectivités tant sur le plan environnemental que financier. Conscient de cet enjeu, SUEZ a développé un service de surveillance en continu des infrastructures de distribution : Risk Network Monitoring Eau Potable.
  • Plan de relance : Investir pour un environnement durable

    100 milliards d'euros, dont un tiers pour la transition écologique, c'est le budget alloué par le Gouvernement français au plan de relance national. Pour les activités liées à l’eau et à la valorisation des déchets en France, ces fonds constituent des opportunités de financements pour de nouveaux projets. SUEZ est à vos côtés pour vous aider à monter vos projets au service d’une relance économique verte et durable.